Intégration

Solange te parle… québécois

0

Solange, c’est une vidéaste amateur sur YouTube… ouais, de nos jours on parle plutôt de « YouTuber ». Enfin bref, vous voyez ce que je veux dire.

Et bien Solange, jeune Québéco-Française, a fait le tour du Web et des médias ici, il y a quelques semaines, avec cette superbe vidéo… sans doute l’une des meilleures qui existe, afin de vous faire comprendre un peu plus la langue du Québec.

Voyez vous-mêmes… j’capote ! 😉

 

Pis temps qu’on y est, allez donc voir sa chaîne YouTube : Solange te parle.

Laurence Nadeau à RTL-TVI

2

Laurence Nadeau est l’auteure du guide « S’installer et travailler au Québec« , qui en est à sa septième édition cette année. Elle est également, avec Laurent Gigon, la co-fondatrice du site internet « Immigrer.com« , qui est devenu la référence ultime dans le domaine de l’immigration au Québec et au Canada, et pour lequel j’ai eu le plaisir de collaborer durant quelques années.

Laurence était en entrevue pour la chaîne luxembourgeoise RTL-TVI, dans l’émission « Investigations ». En voici quelques extraits qui, évidemment, ne vont pas vous expliquer l’immigration de long en large, mais qui vont vous donner quelques indications élémentaires sur les pré-requis attendus, afin de pouvoir vous installer ici.

Différentes perceptions

17

Un des lecteurs du blogue m’a envoyé, il y a quelques jours, une copie d’un courrier des lecteurs, publié dans le journal gratuit « Métro », diffusé à Montréal. Le courrier est très bon, sans haine, tout en s’efforçant de rester objectif ou, du moins, assez réaliste. Je connais d’ailleurs d’autres immigrants français, qui pourraient très bien se retrouver là-dedans.

Je vous dirais aussi que le discours de l’auteur, Stéphane Batigne, change radicalement avec celui des aigris de service, qui ont une perception très manichéenne de la réalité : incapables de peser leurs torts, la faute revient toujours aux autres, en général et au Québec, en particulier.

Mais je vous laisse d’abord prendre connaissance du courrier de Stéphane Batigne :

Pourquoi je ne me sens pas Québécois

Cela fait 15 ans que j’ai immigré à Montréal, et je me sens très Montréalais. Montréal est ma ville, celle que je connais le mieux, celle où j’ai vécu le plus longtemps. Je m’y suis marié, j’y ai eu un enfant, j’en ai élevé un autre, j’y ai travaillé, acheté une maison et fondé deux entreprises, j’ai écrit des dizaines de textes sur la ville et quelques livres. J’y ai de nombreux amis, des souvenirs, des habitudes. Et surtout, Montréal est une ville où vivent un grand nombre de gens qui  n’y sont pas nés. Il est donc très facile de s’y intégrer parce qu’il n’y a pas de bloc culturel majoritaire.

Être Québécois, c’est autre chose. Je ne me sens pas Québécois parce que je ne sens pas que les Québécois me considèrent comme tel. Il est difficile d’appartenir à un groupe quand les autres membres du groupe vous renvoient l’image d’un étranger. Pour la plupart des Québécois, je suis un Français. À cause de mon accent bien sûr, de ma manière d’être aussi, peut-être. Lorsqu’une serveuse de Charlevoix me parle comme à un touriste et me précise que le pourboire n’est pas inclus dans la facture, je ne me sens pas Québécois. Lorsqu’une infirmière du CLSC me précise qu’il est important de mettre des bottes à mon bébé pour qu’il n’ait pas froid aux pieds en hiver, je ne me sens pas faire partie du groupe. Lorsqu’un vendeur de la SAQ me demande si je sais ce qu’est l’été des Indiens, que dois-je comprendre? Lorsqu’on s’adresse à moi en «perlant» maladroi te ment, de peur de faire des fautes de français, comment pourrais-je me sentir sur la même longueur d’onde que mon interlocuteur?

Cela dit, je ne définis pas mon identité par une appartenance nationale. J’ai eu un parcours de vie qui m’a fait vivre des expériences variées, qui m’a fait rencontrer de nombreuses personnes différentes et découvrir plusieurs cultures, et c’est ce parcours qui m’a construit tel que je suis. Ce qui me lie aux lieux, ce sont surtout des personnes, des sensations, des odeurs, des sons, des paysages. Je suis très attaché aux détails de la vie et ces moments privilégiés m’ont été donnés aussi bien en France, au Brésil, en Allemagne ou en Argentine qu’au Québec. Finalement, se sentir Québécois ou pas, ce n’est peut-être pas très important. Même après 15 ans.

– Stéphane Batigne, auteur de « Moi, mes amis ont beaucoup voyagé – Entretiens sur l’exil et le voyage ».

(Source : Journal Métro du 22 décembre 2010)

Vous voyez ici, il s’agit d’un point de vue personnel, celui de l’auteur. Il ne dit pas que tout est blanc ou que tout est noir, il parle de sa perception, de son vécu… bref, ça transpire la sincérité et l’honnêteté.

Mais mon point n’est pas là. Mon point n’est pas de vous montrer la différence entre un discours intelligent et constructif, avec le discours haineux, provocateur et destructeur que l’on lit parfois ailleurs sur le net. Non. Mon point, c’est avant-tout de parler des différences de perceptions.

Le modèle de « l’immigrant type » n’existe pas !

Ça peut paraître très logique de prime abord, mais c’est quelque chose qui est, malheureusement, souvent oublié : il n’y a pas de modèle mathématique de l’immigrant. En clair, il n’y a pas de « standard », d’immigrant « type », auquel l’on pourrait se rattacher afin de se comparer. C’est certain que lorsque l’on entame une immigration, on essaie de se rassurer et c’est bien normal. Vais-je trouver un emploi ? Vais-je pouvoir m’intégrer facilement ?

Alors on cherche des comparaisons. « Ah ! Celui-ci est informaticien, comme moi, et il a réussi ! » et l’on s’imagine que cela va être de même pour nous ! Un autre a le même âge, le même niveau d’études, une expérience comparable et il a échoué… cela voudrait-il dire que ceux qui répondent à ce profil courent également à la catastrophe ? Dans les deux cas, NON !

Deux immigrants, deux perceptions

Vous voyez, pour ma part, cela fait près de dix ans que je suis au Québec, à Montréal. Soit moins longtemps que l’auteur du texte du journal Métro. Et pourtant, je vois des différences notables avec son vécu.

D’abord, même si les Québécois voient bien (à mon accent) que je suis Français, la grande majorité perçoivent également sans peine, que je suis ici depuis quelques temps… bref, que je ne suis pas un touriste. Les intonations, le vocabulaire utilisé, la facilité que j’ai de tutoyer… sont autant « d’indices » qui trahissent, outre mes origines françaises, mon appartenance à la communauté montréalaise. Et cela n’est on ne peut plus normal, je suis un Montréalais d’origine française : c’est la réalité.

Ainsi, contrairement à Stéphane Batigne, jamais l’on m’explique comment fonctionnent les pourboires ici, jamais j’ai l’impression d’être pris pour un « touriste »… les seules fois où cela a pu arriver, c’est lorsque j’étais entourés d’autres Français ou lorsque je venais d’arriver au Canada. Mais cette perception, comme celle de M. Batigne d’ailleurs, pourrait être vécue dans d’autres pays ! Immigrez aux États-Unis, ou en Australie ou ailleurs… comment imaginez que l’on puisse vous voir autrement que comme un Français ? Au moins sous certains aspects !

Est-ce que je me sens Québécois ? Non… enfin, oui, mais certainement pas à 100%. Mais où est le problème vu que c’est la réalité ? J’ai vécu également huit années à Lille, dans le Nord de la France. C’est ma deuxième ville d’adoption, je m’y sens comme chez moi… je m’y sentais Lillois, mais certainement pas à 100%. Où est le mal, puisque c’est ce que je suis : ni totalement Québécois, ni plus totalement Français… Pourquoi faudrait-il voir cela comme un handicap ?

Par contre, ça fait déjà un bon moment que je ne me considère vraiment plus comme un immigrant. Je suis peut-être un amalgame de choses, mais pas un immigrant.

S’inclure soi-même avant d’être inclus

Autre perception également, je me sens inclus dans la société québécoise. Lorsque je parle du Québec je dis naturellement « nous » et non pas « eux ». Je sais que cela peut faire un peu caricature, mais croyez-moi, si vous-mêmes vous faites la distinction entre les Québécois et votre personne, comme immigrant, comment pouvez-vous imaginer trente secondes que « les autres », les Québécois, vous incluront dans le groupe ?

Pour être inclus par les autres, il faut d’abord et avant-tout s’inclure soi-même ! Et non pas l’inverse ! Par contre, ça doit venir naturellement, n’imaginez pas que le fait de bouffer de la poutine, de regarder un match du Canadien en séries ou d’acheter un Kanuk suffirera à vous transformer en Québécois après deux mois… Non. Il faut de la patience, ne même pas y penser, juste vouloir vivre dans cette société, l’apprécier et vouloir la comprendre. Quelle nouvelle : immigrer, c’est aussi faire des efforts !

Peut-être que, comme Stéphane Batigne, au bout d’une décennie, vous aimerez Montréal ou le Québec, sans pour autant vous sentir Québécois. Peut-être qu’au contraire, vous vous sentirez Québécois bien plus vite que vous l’auriez imaginé. Cela ne peut pas se décider à l’avance… et l’un et l’autre ne sont pas gages d’échec ou de réussite.

Par contre, tout comme Stéphane Batigne, gardez cette sérénité et restez constructif. Vous y gagnerez au niveau de votre santé mentale et rendra votre vie nettement plus agréable. Des difficultés, il y en a, comme il y en aurait eu en France. Les obstacles sont peut-être un peu plus nombreux, puisque vous avez immigré, mais le danger serait de les voir comme des signes que cette société ne veut pas de vous.

Oui, cela demande du courage, souvent, de l’abnégation, parfois, mais la récompense à la fin en vaut le détour.

Une question d’attitude

0

C’est au tour du journal La Presse, d’évoquer le problème d’intégration des Français, dans la Belle Province. Sous la plûme de Isabelle Hachey, l’on retrouve les traditionnels questionnements et doutes de certains immigrants.

Des immigrants Français, en six ans, j’en ai vu, j’en ai rencontré… lors des réunions d’immigrer.com, durant les tournages de l’émission « Le Nouveau Monde », à la job, etc. J’ai pu voir qu’il y avait des catégories, pas forcément très définies (et c’est tant mieux), mais bien réelles de Français. D’ailleurs, j’ai assez vite fait le ménage dans mes connaissances à mesure que je découvrais l’état d’esprit de certains… n’ayant pas la patience d’une Mère Thérésa pour remettre quelques désadaptés dans le droit chemin.

Avant d’immigrer, je lisais beaucoup les ouvrages de Michel Déon, un écrivain extraordinaire, qui a beaucoup voyagé et qui s’est installé en Grèce, puis en Irlande. Mais quel est le rapport me diriez-vous ?

Et bien j’avais retenu cette phrase de Déon : «Pour bien aimer un pays il faut le manger, le boire et l’entendre chanter» … En lisant cette phrase, avant même d’immigrer, je me disais qu’elle symbolisait toute l’intégration et que je me devais de ne jamais l’oublier pour réussir à aimer le Québec.

Certes, je l’aimais déjà le Québec, mais l’on sait jamais comment l’on va réagir devant l’adversité. Aurais-je autant aimé le Québec si je n’avais pas trouvé d’emploi ? Aurais-je aimé le Québec si je m’étais senti exclu ? Des questions auxquelles je ne pourrais jamais répondre. Par contre, je me suis toujours dit que si j’apprenais à manger québécois, à boire québécois, à entendre chanter québécois, cela ne pourra que m’aider à me sentir ici chez moi, tout en apprenant de ma patrie d’adoption et en ayant conscience de ce qui s’est passé avant mon arrivée.

Or, certains Français ne veulent pas « manger », « boire » et « entendre chanter » le Québec. Ils ne veulent pas parce qu’ils prennent de haut cette culture. Parce qu’ils se sentiraient régresser s’ils adoptaient les mœurs et les coutumes du pays. Et ne me dites pas que cela n’est pas vrai, j’en ai rencontré pas mal de ce genre d’individus. Ils nous parlent de l’accent québécois, en le trouvant « marrant », mais que jamais ils ne laisseraient leurs enfants l’adopter… un peu comme les Parisiens snobinards qui regardent de haut le patois Cht’i, ou l’accent marseillais. Ces mêmes petits tarés, qui se permettent de sous-titrer un paysan picard, au journal télévisé d’un réseau publique (véridique).

Je parle de l’accent, je pourrais parler du monde du travail, où le « tout frais débarqué » va s’exclamer devant son patron que sa méthode de travail est incorrecte, que lui « sait » comment s’y prendre, parce qu’il sort de telle ou telle école parisienne.
Franchement, ça vous intéresserait, vous, de côtoyer ce genre de trou d’cul ? … Moi, même cinq minutes, c’est au-dessus de mes forces.

Et l’on revient encore et toujours aux mêmes constatations : tout le monde n’est pas fait pour immigrer. Chaque immigrant, et quelque soit le pays dans lequel il s’installe, connaît son lot de problèmes. Car nos sociétés de confort, la facilité des moyens de communication, nous font oublier que le déracinement n’est jamais facile pour un individu, ce n’est pas quelque chose de naturel ou d’évident.

Mais c’est d’abord et avant tout, une question d’attitude !!!

Les quelques frustrés qui polluent l’Internet de leurs délires d’inadaptés sociaux, disent régulièrement qu’ils passent pour des maudits français… Évidemment ! Ils tiennent à garder les Québécois à distance en créant, eux-mêmes, une frontière avec leurs interlocuteurs. Eux-mêmes parlent de « eux » (les Québécois), et de « nous » (les Français)…

En plus de six ans, personnellement, je ne me suis jamais fait traiter de maudit français. Et pourtant, maintenant que je pense bien connaître le Québec, je ne me retiens pas pour dire ce que j’aime pas ici… pour dénoncer la sociale-démocratie, la culture du déficit, etc. Mais, la grosse différence, c’est que mes phrases comportent toujours le fameux « nous »… je m’inclus dans cette société, non pas parce que j’aimerais en faire partie, mais parce que j’en fais partie ! Je vis ici, je paye mes impôts ici, je travaille ici… et que même s’il y a des problèmes que je dénonce, jamais je prendrais les Québécois pour des crétins, car cela serait comme m’en prendre à moi-même et que le mieux et encore d’essayer d’améliorer les choses, modestement, à mon niveau.

Lorsque vous lisez les inepties de ces quelques Français, avez-vous vraiment l’impression qu’ils font des efforts pour faire partie de cette société ? … Des efforts tangibles et durables j’entends, pas des affaires du genre : « j’ai essayé au début, mais après trois mois j’ai laissé tomber ».

Et c’est dans l’attitude face à l’adversité que mes fameuses « catégories de Français » ressortent.

Il y en a qui vont facilement baisser les bras. Et c’est vrai que loin de sa famille, de ses anciens amis, ce n’est pas facile, mais cela aurait été pareil dans un autre pays… Oui, l’immigration n’est pas facile. Mais certains, au lieu de montrer de la persévérance, du « chien », du courage quoi… vont se laisser glisser tranquillement… Et, à force de chercher un salut, vont parfois tomber sur le site immigrer-contact (et autres déversoirs de haine) et vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls à vivre difficilement une immigration. La bonne affaire ! On le sait que ce n’est pas facile !

… et là, ils retrouvent des discours de haine, d’auto-exclusion et cela les rassurent. Ben oui ! … Ils découvrent qu’ils n’ont pas à se remettre en question !… Ils découvrent que tout est de la faute de la DGQ, des Québécois… bref, des « autres ». Eux, ils sont Français, donc ils sont « au-dessus » de la masse.

Un grand ouf de soulagement pour ces quelques égarés et la spirale de la descente aux enfers commence… Ils se crinquent ensemble, tellement heureux de voir qu’ils ne sont pas seuls.

D’autres, la majorité en fait, ont bien conscience des difficultés de l’immigration et vont se retrousser les manches, même s’ils vont chercher de l’aide autour d’eux, aupès d’autres immigrants, auprès des services gouvernementaux… Cette démarche positive sera très souvent salutaire et leur désir d’intégration fera le reste.

Ben oui ! L’immigration n’est pas facile et des Français s’attendent à ce que cela soit des vacances juste parce que les Québécois sont chaleureux, et qu’ils parlent la même langue ! Ainsi, ils omettent les 250 ans d’histoire distincte, l’environnement nord-américain, le giron canadien… des détails vous pensez ?

Cela prend du temps pour s’intégrer et c’est vrai que cela prend des efforts… mais bien honnêtement, depuis quelques temps maintenant, je me sens avant tout Québécois… Québécois d’origine française, Québécois qui ne le sera JAMAIS à 100%, mais Québécois quand même. C’est ce que je ressens au fond de moi et je sais bien que je vais rencontrer des Québécois qui ne le verront pas forcément de cette manière, c’est normal… mais quelle importance ? L’importance c’est ce que je sens, ce que je pense, ce que je vis et non pas se qu’en disent les autres.

Oui, tout s’est bien passé pour moi… J’ai été chanceux ?… Pas sûr. Disons que je voulais ardemment faire partie de cette société et que j’ai toujours eu une attitude positive, même face à l’adversité. C’est ma personnalité… peut-être fais-je partie de ces individus qui sont fais pour l’immigration. Peut-être… seul l’avenir le dira. Parait-il qu’un immigrant connaît une « crise » vers les 10/12 ans de présence à l’étranger.

Mouais… mais pour moi l’étranger, c’est dès que je quitte le Québec !

Pour lire les articles de la Presse :

Immigration et idéalisation

0

Vous en êtes tous bien conscients, que cela soit en tant que futur immigrant ou qu’en tant qu’immigrant accompli, si l’on décide de s’installer quelque part, c’est soit pour vivre une expérience, soit pour améliorer sa condition de vie. Soyons d’ailleurs réalistes, la plupart du temps on décide de changer de pays pour ces deux raisons. L’aventure, mais pas trop !

En effet, je ne connais pas beaucoup de monde qui souhaiterait immigrer pour voir leur condition de vie se dégrader. À moins d’avoir certaines prédispositions pour le masochisme, notre condition de vie est tout de même l’une des principales choses que l’on souhaite améliorer en quittant son pays d’origine.

Évidemment, selon d’où on vient, les variations peuvent être plus ou moins importantes. J’imagine que lorsque l’on vient d’un pays pauvre, ou en proie à une certaine instabilité politique, nos conditions de vie ici seront transformées, ce qui ne sera peut-être pas aussi flagrant pour un ressortissant de l’Europe occidentale par exemple. De plus, selon les individus, on ne recherche pas tous la même « transformation ».

Ce qui est assez unique au Québec, mais aussi au Canada, c’est que se sont des endroits où l’on peut satisfaire aussi bien ses aspirations aventurières, que son esprit casanier et citadin. Et même pourquoi pas les deux !

Alors, lorsque l’on attend la fameuse missive brune de l’ambassade canadienne (le visa), on se prend à imaginer notre vie là-bas, de l’autre côté de l’océan. Et lorsqu’on imagine, on pense inévitablement aux clichés ressassés des paysages canadiens et québécois. De ces étendues blanches et immaculées, de la Transcanadienne rectiligne qui fend l’épaisse forêt jusqu’à en rejoindre l’horizon. Bien sûr, on imagine aussi que cela ira mieux dans notre existence. Qu’on aura un bon travail, payé convenablement et que l’on sera rempli d’une grande sérénité, loin de certaines préoccupations qui mine notre petite routine.

Et puis il y a les amis et la famille. Ces personnes qui ne comprennent pas toujours les raisons et les motivations de votre choix. Et même pour ceux qui vous encouragent dans votre décision, il ne sera pas toujours inutile de tout de même leur expliquer vos raisons.

Il est clair à ce moment là que vous n’allez pas leur expliquer tous les défauts de votre futur lieu de résidence et les inconvénients d’une vie au Canada. D’ailleurs, il est bien rare de connaître les défauts avant de véritablement y vivre. À moins de se savoir frileux, auquel cas il y a un inconvénient qui vous viendra naturellement à l’esprit. En tout cas j’imagine !

Tout le monde n’est pas fait pour immigrer.

Sachant tout cela, où ce situe exactement la frontière entre l’idéalisation béate et le réalisme terre-à-terre de sa future expérience de vie ? Ne sommes-nous pas tous, à un moment donné, rendu coupables de dire ou même de penser que cela sera tellement plus merveilleux une fois rendu au Canada ? Ah ! Loin les soucis, loin la routine ! Notre vie va être littéralement transformée ! …. Peut-être que j’exagère un peu, mais à lire certains messages parfois sur le forum (nda : le forum du site immigrer.com), cela m’effraye presque. Car, même si le Québec et le Canada ont des avantages indéniables et que la vie ici peu pleinement satisfaire certaines personnes (j’en suis !), il faut aussi bien avoir en tête que tout le monde n’est pas fait pour vivre dans un autre pays que le sien. Tout le monde n’est pas fait pour le Québec ou le Canada.

De là, le risque de trop idéaliser son futur pays d’adoption est tout de même bien présent, mais ce phénomène peut aussi être assez compréhensif. En effet, l’attente peut être parfois grande, le désir de transformer sa vie peut être parfois fort, à tel point que l’on ressent ce besoin de se convaincre soi-même de la justesse de son choix.

Il y a aussi un autre élément à ne pas négliger. L’immigration n’est pas quelque chose de facile, on en a très souvent parlé : l’éloignement, le changement de vie et de carrière, l’adaptation puis l’intégration…. bref, des tas de choses qui ne sont, a priori, pas très naturelles pour l’être humain. Alors, comme pour se motiver dans les temps difficiles de la préparation au grand départ, certains peuvent être tentés d’idéaliser le Canada.

Cela ne serait pas spécialement dangereux si cela ne concernait pas leur propre avenir. Cela est dangereux dans le fait que l’on se heurte violemment, une fois arrivé, à la réalité qui n’est pas forcément celles des cartes postales et des guides touristiques. Réalité qui n’est pas forcément celle que l’on s’était imaginé et même approprié.

Dans les difficultés quotidiennes que revêt l’apprentissage de tout nouvel arrivant, se rendre compte que la réalité ne correspond pas à nos aspirations peut littéralement casser notre élan, briser la plus grande des motivations et plonger l’immigrant dans le doute, voire même le désespoir.

C’est souvent le conseil que je donne aux futurs immigrants : n’attendez rien de votre future vie au Québec, à part peut-être vous sentir mieux dans votre peau, car, c’est tout de même ce qui arrive dans la très grande majorité des cas. N’attendez rien ou plutôt, n’ayez pas d’attentes trop fortes et disproportionnées. Il est certain qu’ici vous aurez la sécurité, vous verrez ce qu’est vraiment le respect et la civilité, mais ne vous imaginez pas décrocher la job du siècle et devenir riche…. À moins de l’être déjà, bien sûr.

Et puis, même dans le meilleur pays au monde, on peut aussi se tromper. La réussite, c’est d’abord une affaire personnelle. La chance, on la crée. Son existence, on la construit et l’on en est le seul responsable, quel que soit l’endroit où l’on a décidé de poser sa valise. C’est d’abord une question de motivation et de tempérament…. mais ça, vous le saviez non ?

 

Cette chronique est une réactualisation de celle parue en mai 2004 sur le site immigrer.com.

De retour « cheu nous »

0
Mon Boeing était « bleu de mer », comme dans la chanson de Charlebois. Hier, vers 19h30, les roues du 767 se sont posées sur la piste détrempée de l’aéroport de Montréal.

Cela faisait près de quatre ans que je n’avais pas été en France. Et je dois vous dire très franchement, cela ne me manquait pas vraiment.

Certes, j’adore Paris et j’ai apprécié les quelques heures passées dans la capitale, la bonne bouffe de bistro arrosée d’une Leffe. J’aurai aussi beaucoup aimé aller à Lille, ma deuxième ville d’adoption après Montréal, mais je ne pense pas que ma famille aurait vraiment apprécié que je leur fausse compagnie, alors que nous ne nous sommes pas vus depuis plusieurs années. Serait-ce cela que l’on nomme « obligations familiales » ?

Évidemment, il était temps que je retrouve ma Normandie natale. Me recueillir sur la tombe de mon grand-père que je n’ai pas vu partir, constater que les gens changent, tout comme on m’a trouvé changé. Retrouver mes vieux réflexes français, en faisant attention où je pose mes pieds afin d’éviter certains désagréments olfactifs.

Cela m’a tout de même fait du bien, de passer une semaine sans internet (ou presque).

Quoi dire d’autre ? … À part que le temps est pourri dans la moitié nord de la France, tout comme à Montréal. Que je me plais toujours beaucoup plus ici au Québec, qu’en France. Cela doit d’ailleurs se voir un peu, puisque personne ne m’a demandé si je comptais revenir y vivre, contrairement aux autres fois. Jean, un bon ami de la famille, continue à me dire sans relâche (il le fait depuis qu’il a su que je m’installais au Québec) que j’ai bien fait de quitter la France et qu’à mon âge, il aurait fait pareil… même ma mère n’a rien trouvé à lui répliquer. C’est pour dire !

Sacré Jean… tout un numéro celui-là ! Ancien pilote de chasse dans l’armée, il a longtemps travaillé dans l’aéronautique. Alors quand il a su que je travaillais pour Bombardier, il a commencé à me raconter des tas d’histoires sur ses amis Canadiens de chez Canadair, qu’il rencontrait lors des salons de l’aéronautique du Bourget. Il en a tellement fait dans sa vie, il a tellement voyagé, un vrai baroudeur, qu’il nous fait toujours passer d’excellents moments à nous raconter ses aventures. En tous cas, j’ai bien été content de le revoir !

Mais me voilà de retour… dans cette ville de Montréal que j’adore ! Je vais maintenant essayer de profiter des quinze jours de vacances qu’il me reste, avant de retrouver ma petite routine quotidienne.

Sinon, en vrac :

  • Zoom Airlines : très correct pour le prix. Service à bord sans faute. Évidemment, comme pour tout vol nolisé, les espaces pour les jambes sont étroits.
  • Aéroport Charles-de-Gaulle, T3 : ce terminal est vraiment pourri. Attente de 1h30 pour passer la sécurité, obligé de prendre un bus pour se rendre à l’appareil, pas de climatisation…
  • Aéroport de Dorval : les nouveaux aménagements sont excellents. Peu d’attente, aussi bien à l’embarquement qu’au débarquement. J’ai passé les douanes en 15 minutes et les bagages sont arrivés très rapidement.
  • Les Français : peut-être grâce aux vacances estivales, j’ai vu peu de râleurs. Par contre, ils sont toujours aussi nerveux au volant !
  • Note pour plus tard : ne jamais dire du bien de vins non-français à des Français de France !
  • Le Vieux-Rouen est toujours aussi magnifique…
  • … le « 6e pont » de Rouen est, lui, d’une profonde laideur, mais un prodige technologique.
  • Ça fait bizarre d’entendre les « Pin-Pon » des voitures de police.
  • Les nouvelles Peugeot sont vraiment bien, par contre, les Renault sont de plus en plus laides, c’est vraiment effrayant ! Citroën : bof, bof… J’ai bien aimé la nouvelle Lancia Ypsilon de ma mère, j’aurais d’ailleurs jamais imaginé dire du bien d’une Lancia !
  • Les télé-séries françaises sont vraiment à chier !

Le mal du pays

0
Il est clair qu’en tant qu’immigrant, loin de son pays d’origine, de ses amis et de sa famille, nous sommes plus susceptibles d’avoir les bleus (le blues, en français de France). Surtout les premières années de son installation. Ceci est amplifié par le fait que le cercle social est souvent inexistant et qu’il est parfois difficile de surmonter seul les soucis associés à l’immigration : emploi difficile à trouver, l’hiver parfois difficile à supporter (je ne parle pas pour moi là !), le choc culturel, la bouffe…

Il est certain que l’absence de repères aggrave le phénomène. Dans son ancien pays, nous avions nos petites habitudes, notre routine qui, même si on la combat souvent, fini toujours par s’installer plus ou moins, les gens qu’on a l’habitude de croiser et les « petits plaisirs » de la vie qui font souvent partie d’un art de vivre associé à notre ancien pays.

Mon plaisir à moi, c’était à partir du mois de juin, lorsque les beaux jours revenaient (ben… parfois en tout cas), lorsque le soleil était levé de bonne heure et que j’allais lire mon journal à une terrasse de café près de Champs-Élysées. Peu de monde, la balayeuse passant sur les trottoirs répandant de l’eau dans un bruit presque sympathique. Le garçon de café, en nœud papillon noir avec la chemise blanche qui vous apporte un café noir avec deux croissants croustillants qui, lorsque j’étais chanceux, étaient encore tièdes. C’est certain que cela fait partie des choses qui me manquent. Tout comme les bons gueuletons que certaines mauvaises langues qualifieraient de « franchouillards » que je prenais au Café du Dôme près du Champs-de-Mars : rillettes du Mans dans une grande assiette, de la cochonnaille en quantité arrosée par un bon vin d’Anjou à la bonne température (chose rare à Paris). Repas bien simple, qui ne dépassait jamais les 100 francs malgré l’abus de vin que nous faisions régulièrement.

C’est vrai, ça fait du bien d’en parler. Ce sont des choses qui font partie de nous, de notre patrimoine personnel. De bons moments passés entre amis.

Mais c’est ça, il faut savoir remplacer nos anciens petits plaisirs par des nouveaux. Ça prend du temps, parce que ça prend de nouveaux repères, de nouvelles habitudes. Il faut le savoir ! Alors, peut-être que certains immigrants sont trop impatients et aimeraient se sentir réellement comme chez eux, c’est-à-dire avec des petites habitudes, des petits plaisirs et un cercle d’amis important. D’autres peut-être baissent les bras un peu trop vite en constatant le fossé de différences qui peut exister entre le Québec et leur terre d’origine. Ils se disent peut-être que l’adaptation complète est impossible tant le choc culturel est important. On sent parfois clairement le doute, l’incertitude qui alimentent la nostalgie… Car lorsqu’on n’arrive pas à s’accrocher à des choses concrètes au Québec, las, on finit par se raccrocher à des choses du passé.

Personnellement (je parle beaucoup de moi décidément !), j’ai eu la « chance » de bouger beaucoup géographiquement parlant, depuis mon plus jeune âge. Le travail de mon père nous forçait à aller d’un bout à l’autre de la France. Parfois c’est bien chiant, car faut recommencer pas mal de choses au départ : découverte d’une nouvelle ville, de nouveaux amis…

Vous voyez ce que je veux dire ? J’ai la chance d’avoir eu l’habitude de changer de place, un sacré avantage lorsqu’on décide de changer de pays. Même si le choc culturel reste bien présent tout de même.

Et puis Montréal est une grande ville, même s’il y a moins de monde qu’à Paris… Mais ce qui compte, c’est la qualité, pas la quantité, car ce sont les Québécois qui ont fait que je me suis décidé à m’installer ici. Les Québécois, un peuple vraiment à part, sympathique, accessible, pas compliqué et plein de bon sens.

Montréal aussi, et sa diversité, où l’on trouve tout (ou presque). Où lorsque je suis dans une période de bleus (principalement après avoir vu un film d’Audiard), je peux trouver une rosette de Lyon, des rillettes tout à fait honnêtes, un camembert, une bonne baguette et un bon vin. Une fois de temps en temps, qu’est-ce que cela fait comme bien !

Par contre, comme je le disais plus tôt, j’ai d’autres petits plaisirs. Le déjeuner le matin avec mes deux œufs retournés, mon bacon et mes patates, par exemple.

Quoi de plus jouissif qu’une balade à Montréal (ou ailleurs) pendant ou juste après une bonne chute de neige ? Ce décor renouvelé qui étouffe les sons, les arbres squelettiques recouverts de neige… Un vrai décor de carte-postale, mais que nous côtoyons à chaque chute de neige.

Ce plaisir de passer un bon moment entre amis dans une cabane à sucre, à écouter des chansonniers du cru, armés de violons et d’accordéons. Dégustant nos plats de beans au sirop d’érable, nos oreilles de christ, sans oublier la célèbre tire dehors sur la neige. Ça vaut bien un plat de cochonnaille de chez Denise dans le quartier des Halles ça !

Les multiples festivals en plein air été comme hiver. Le festival de Jazz, les francofolies, le FFM, etc.

Et il y aurait bien d’autres choses à dire !

C’est un peu pour ça que, même parti en vacances une semaine en France, Montréal fini toujours par me manquer avant même la fin de mon séjour ! De la même manière, il y aura toujours des choses qui me manqueront de la France… quoi de plus naturel ?

Haut de page