Carnet de bord

Bon retour au pays !

4

Lors de mes séjours en France, que cela soit des amis ou de la famille, on me demande parfois ce que j’aime du Canada. Ce qui me plaît et, sous-entendu, ce qui me retient ici.

C’est vrai que je pourrais dresser une liste assez volumineuse, des choses qui font que je ne pense même pas à repartir ou même simplement à m’installer ailleurs. Et même s’il existe aussi, et c’est bien normal, une liste des choses que j’aime moins, voire beaucoup moins, cela ne m’empêche pas de me sentir bien, ici, au Canada.

Et dans cette liste, quelque-chose de très simple, de très anecdotique même ! Quelque chose que beaucoup pourraient considérer comme parfaitement futile : l’accueil.

Je ne parle pas de l’accueil chez le voisin, ou dans les boutiques qui, même s’il est excellent, pourrait être le symptôme d’une arrière pensée teintée d’hypocrisie ou de mercantilisme. Non, je parle du premier accueil au pays.

Lorsque je suis arrivé ici en tant qu’immigrant, en septembre 2001, le douanier ainsi que l’officier du service d’immigration, ont tous deux eu la même expression, une fois les derniers contrôles effectués : « Bienvenue au Canada ! ». Un bienvenue au Canada qui était souligné d’un large sourire, qui sentait bon la sincérité. C’est peut-être un détail, je le conçois parfaitement bien, mais pour un immigrant fraîchement débarqué de l’avion, en proie à de multiples questionnements et incertitudes, ces sourires et ces « bienvenues », rassurent et soulagent… Enfin, c’est tout de même mieux que quelqu’un qui, derrière son comptoir, fait la gueule en attendant la fin de son service, non ?

Avant-hier, je suis revenu de voyage. Quelques jours passés en France voir famille et amis, puis le retour à Montréal.

Passeport canadien en main, je donne le formulaire de ma déclaration à l’Agence des services frontaliers du Canada… les douanes quoi ! L’agent, détendu, assis sur une chaise, prend mon formulaire et en voyant mon passeport, dit simplement : « Bon retour au pays ! », avec un sourire. Alternant avec les « Welcome back ! », à l’occasion, l’agent aura le même accueil avec tous les autres passagers.

Oui c’est futile. Mais bon sang que ça fait du bien ! Ça fait du bien de revenir dans un pays, qui n’a pas oublié l’importance des rapports humains et du respect d’autrui.

Est-ce que c’est toujours sincère ? Non, bien entendu. Mais qu’importe, c’est toujours plus agréable à vivre qu’une face de fonctionnaire parisien, juste payé à étamper des passeports à Roissy et qui a de la difficulté à sortir un simple « Bonne journée ! ».

Les Canadiens sont là !

0

« Les Canadiens sont là », c’est un vieux chant de ralliement des partisans du Canadien de Montréal, du temps où ils jouaient au Forum, maintenant devenu le Cinexplex AMC, rue Ste-Catherine. Aujourd’hui, les rythmes sont un peu plus entraînants, les images plus colorées, mais l’émotion est toujours belle et bien là.

Le Canadien de Montréal nous fait rêver… déjà l’an passé, arrivés contre toute attente en finale de l’association de l’Est, il a fallu frapper le mur de Philadelphie pour que les Habs s’effondrent, alors qu’ils avaient éliminé les Capitales de Washington et les Penguins de Pittsburgh. Cette année, encore partie d’une position de négligés, le Canadien a battu les Bruins de Boston lors des deux premiers matchs, chez eux, dans l’intimidant TD Garden.

Aujourd’hui, nos Canadiens sont de retour, au Centre Bell…

Suivez le XV de France à TV5 Canada-Québec

0

Si, comme moi, vous aimez le rugby et que vous souhaitez suivre le XV de France même ici, au Canada, sachez que TV5 Monde retransmet le Tournoi des 6 Nations, ou comme je l’appelle, le Tournoi des 5 (+1) Nations.

Voici les horaires (heure de l’Est) :

24 décembre

0

Vendredi 24 décembre 2010, un peu avant 7 heures, le soleil se lève sur le Mont-Royal. Je me considère chanceux d’avoir une telle vue depuis mon appartement. Pratiquement pas de vis-à-vis, une vue dégagée… ce qui permet de profiter de beaux moments comme celui-ci.

Dans quelques heures, les festivités commencent… autant profiter de ce moment de calme.

En attendant… Joyeux Noël à tous !

La Grenouille Givrée revient… doucement !

3

Au profit d’une grande restructuration de mes noms de domaines et de mes sites internet, je vous annonce que « La Grenouille Givrée » reviendra progressivement ici même !

Plutôt axé sur mon immigration, mon intégration et ma citoyenneté canadienne, ce site regroupe les articles et chroniques que j’ai pu écrire sur le sujet.

Première broue de la saison

0

Première bière de la saison, sur le balcon de mon nouvel appartement. C’est anecdotique, bien évidemment, mais j’ai beau adorer l’hiver, je suis toujours heureux de pouvoir profiter du soleil printanier, surtout si c’est en compagnie d’une bonne bière.

Santé !

Le salon prend forme

0

Je poursuis tranquillement l’aménagement de mon nouveau condo. Le canapé en cuir, remplace désormais avantageusement mon vieux canapé -lit, acheté chez Brault & Martineau, il y a près de dix ans maintenant. Celui-ci a tout de même plus de classe et puis, depuis le temps que j’en voulais un en cuir, voilà qui est fait.

À la faveur d’une superbe journée ensoleillée, j’ai pris ce cliché, alors que les rayons du soleil pénétraient subtillement, entre les lattes des mes stores. L’effet étant plutôt joli, il aurait été dommage de ne pas vous en faire profiter. En plus, ça vous donnera une idée de ce à quoi ressemble le salon maintenant.

Bazar !

0

Voici plus d’une semaine que j’ai emménagé et j’ai toujours l’impression d’être au beau milieu d’un champ de bataille. Sans parler de cette désagréable impression de ne jamais savoir par où commencer !

Le pays du froid et des moustiques

0

Pas facile de résumer le climat québécois dans un titre. Malgré tout, je trouve que cette toune de Lili Fatale illustre assez bien certains aspects et paradoxes que l’on retrouve ici.

À la faveur donc de l’arrivée des douceurs printanières, marquant par le fait même la fin des rigueurs de l’hiver, revenons un temps sur un sujet qui en inquiète plus d’un : le climat québécois. Évidemment, il sera question de l’hiver, mais cela serait passer totalement à côté du sujet que de réduire les questions climatiques à un simple épisode hivernal, aussi long soit-il.

Une première chose à bien avoir en tête : ici, il y a quatre vraies saisons. Quatre vraies saisons qui ont des durées variables, certes, mais qui provoquent de multiples transformations, voire de profondes métamorphoses du paysage. Rien à voir donc avec cet automne interminable, si commun aux latitudes parisiennes.

Deuxième chose très importante à connaître : le Québec, et l’ensemble du Canada, n’ont pas un climat tempéré comme en Europe occidentale. Pas ou peu d’influence océanique, exception faite de la région de Vancouver qui subit (le terme est choisi), une forte influence venant du Pacifique.

Lorsque l’on parle de climat « non tempéré », une idée préconçue consiste encore une fois à ne penser qu’à la saison hivernale, mais la réalité ne se limite pas à cela. Loin s’en faut !

Dernière chose, durant toute l’année, la durée d’ensoleillement à Montréal est largement supérieure à celle de Paris, y compris durant les mois d’hiver ! À bon entendeur…

Le printemps : en quatrième vitesse !

Commençons par le printemps, puis ça tombe bien, il vient de commencer depuis quelques jours. Oui, évidemment, si vous vous trouvez en Europe, vous vous dites qu’arrivé fin avril, il serait temps qu’il commence ce printemps !

Le printemps, c’est aussi le temps des sucres

Il se trouve que cette saison marque les premiers bouleversements climatiques de l’année. Arrivé vers la fin mars (début théorique du printemps), les températures parfois extrêmes de l’hiver font place à des journées froides, certes, mais qui paraissent tellement plus douces comparativement aux –20°C ou –30°C des mois de janvier et février. En clair, à quelles températures faut-il s’attendre ? Disons aux alentours de –5°/0°C, avec des pointes plus hautes et plus basses. La moyenne du mois de mars à Montréal est de –1°C (-4°C pour Québec).

Fin mars début avril (selon les années), on a parfois l’impression de revenir en arrière, de revenir à l’automne. La neige fond, laissant doucement apparaître les vestiges laissés derrière nous en novembre : feuilles mortes, herbe humide et brûlée par le gel. Et lorsque je dis « vestiges oubliés », je parle aussi des déchets parfois négligemment laissés entre deux tempêtes et les centaines de mégots de cigarettes, jadis fumés furtivement et frileusement par les employés de bureau pendant leurs pauses.

Bref, après cinq mois d’hiver, la nature poursuit sa décomposition interrompue par le gel et la neige. Odeurs d’herbe et de feuilles humides, de terre gorgée d’eau… tout ce qui rappelle l’automne donc. Mais cette sensation s’évapore très vite (le terme est bien choisi, vous ne trouvez pas ?), selon les faveurs du soleil, de plus en plus présent est surtout, de plus en plus efficace !

Arrivés donc en avril, les températures effectuent des allers et retours d’un côté et de l’autre du fameux et redouté point de congélation. Avril, c’est sans doute le mois où les écarts de températures sont les plus forts. En passant d’ailleurs, les grands changements de températures parfois constatés dans une même journée, est une autre caractéristique du climat québécois. Ainsi, il n’est pas rare d’avoir des températures de 20°C en avril, mais il n’est pas exceptionnel non plus d’en avoir aux alentours de –10°C. Il y a quelques années d’ailleurs, quelques jours après la tempête de neige pascale, les températures ont atteint les 28°C et nous sortions en manches courtes, tout en contemplant les tas de neige fondre… comme neige au soleil justement !

Écarts de température qui, au début et à la fin de l’hiver, provoquent souvent des vagues de contagions de rhume dans les entreprises et les écoles. C’est le climat des amplitudes thermiques extrêmes. C’est surtout cela, bien plus que de l’hiver, dont il faut vraiment faire attention. D’ailleurs, le moment où l’on entend le plus tousser dans les transports en commun, ce n’est pas en janvier ou février, mais dès qu’il y a des petits redoux et lorsque l’hiver touche à sa fin.

Pour revenir au mois d’avril, vous comprenez donc notre embarras lorsqu’on nous demande quelle est la température durant ce mois. La moyenne de 6°C pour Montréal (3°C pour Québec), ne veut vraiment rien dire !

Arrivé au mois de mai, cela se précise. On approche les 200 heures d’ensoleillement pour le mois (à Montréal) et les tables commencent à garnir les terrasses des bars et cafés. C’est aussi durant le mois de mai que les températures à Montréal dépassent celles constatées à Paris et dans la plupart des villes françaises. Avec le mois de juin, c’est sans doute le mois le plus agréable de l’année.

D’ailleurs, les températures constatées en juin à Montréal sont presque identiques à celles de la ville de… Nice !

L’été : l’autre saison des extrêmes.

Et voici donc l’été… Autre grand bouleversement ! Des températures chaudes, parfois même très chaudes, qui sont encore une fois identiques à celles de Nice. Différence de taille, l’humidité qui confère une toute autre impression. (Voir ma chronique : « L’été à Montréal« )

En effet, à la faveur d’un courant atmosphérique ayant pris naissance dans le golfe du Mexique, toute la côte Est des Etats-Unis, le Québec et la partie Est de l’Ontario se trouvent pris dans une masse d’air tropical extrêmement humide et chaude.

L’île Ste-Hélène, refuge des montréalais en quête d’un peu de fraîcheur

Il faut d’ailleurs savoir que lors des étés avec de bonnes chaleurs, l’humidité est un facteur aggravant pour le corps humain qui doit fournir beaucoup plus d’efforts pour s’adapter. Et là, les ventilateurs ne suffisent plus à se rafraîchir, car l’air doit d’abord être débarrassé de l’humidité. C’est pour cela que l’usage des climatiseurs est très courant, surtout en ville.

Malgré tout, ces périodes de chaleurs quasi-tropicales ne durent pas. Trois ou quatre semaines au plus, réparties tout au long de l’été. Heureusement, le soleil est très souvent présent. En août 2002 d’ailleurs, nous avions dépassé les 300 heures d’ensoleillement durant le mois !

Croyez-moi bien, c’est tout une adaptation ! … Autant l’hiver, quelle que soit la température, on peut facilement se réchauffer (habillement, habitation très bien chauffées…), mais l’été ? Difficile de trouver une parade à la chaleur moite sans utiliser un climatiseur. Et oubliez les soirées « fraîches »… Il y en a rarement en juillet et août !

Bien sûr aussi, qui dit chaleur et humidité, dit moustiques et « grosses bibittes »… Et lorsqu’on dit moustiques et bibittes, cela n’a rien à voir avec les petites bêtes que vous avez coutume d’écraser négligemment sur la terrasse de votre bicoque bordelaise… mais d’anciennes chroniques sur le sujet vous en diront bien plus sur ces encombrants visiteurs estivants.

Parures d’automne.

Après l’hiver, l’automne canadien doit être la saison qui éveille le plus l’imagination. Les immenses forêts rouges et or, le soleil bien présent encore et des températures qui fléchissent doucement.

C’est dans la première quinzaine d’octobre que l’on commence à sentir cette troisième métamorphose de l’année. Mais, tout comme durant le mois d’avril, le temps peut nous réserver quelques surprises : premières chutes de neige, ou températures estivales.

Sans doute l’une des plus belles saisons de l’année

D’ailleurs, c’est aussi durant cette période que peut se produire ce que l’on appelle « l’été des Indiens » (entre le début octobre et la mi-novembre). Oui, ici on dit « été des Indiens », même si tout le monde connaît bien l’expression plus française « d’été Indien ». D’ailleurs, expression que certains Québécois utilisent aussi parfois.

Tout d’abord, l’été des Indiens ne se produit pas de manière systématique. Pour avoir lieu, ce phénomène climatique doit satisfaire plusieurs critères. Cependant, n’oublions pas que l’été des Indiens n’est pas réellement scientifique, mais plutôt populaire. Les critères ne sont donc pas « coulés dans le béton ». Malgré tout, on entend parfois tout et n’importe quoi sur le sujet. Donc, pour mettre les choses au point, on considère que l’on vit un été des Indiens lorsque :

  • la période de temps exceptionnellement chaud suit une période de gel d’au moins 3 jours.
  • le temps est généralement ensoleillé.
  • il n’y a pas ou peu de précipitations.
  • les vents sont légers, de direction variable.
  • il peut y avoir du brouillard matinal.
  • les températures nocturnes sont près des normales de saison.
  • les températures diurnes sont plus élevées que la normale (environ 4 à 6 degrés de plus).
  • ces conditions doivent se poursuivre pendant au moins 3 jours.

L’été des Indiens dure généralement quatre jours et se produit le plus souvent entre le 1er et le 15 octobre. Le phénomène peut également se produire plus d’une fois durant l’automne, mais on peut aussi ne pas le connaître certaines années.

Mais lorsqu’on parle d’été des Indiens, il s’agit là d’un vrai retour de l’été, avec des températures de 25°C voire les dépassant (28°C le 17 octobre 1947 à Sherbrooke).

Alors, il est facile de comprendre que ce phénomène agit aussi sur la nature. D’où les couleurs particulières que l’on connaît tous.

Et cet hiver si… blanc !

Ah l’hiver ! Vous le savez, ma saison préférée ! Je la regrette déjà cet hiver qui s’est achevé trop vite, sans avoir beaucoup de tempêtes de neige. Malgré les ennuis que ça peu me causer, c’est un irrésistible plaisir que de vivre ces hivers québécois incomparables.

L’hiver commence donc en novembre. Même si, ces dernières années, on l’attendait encore en décembre. Malgré tout, c’est en novembre que les premières vraies averses de neige font leur apparition (en principe). Pas de températures bien froides, avec des minimales rarement en dessous de –10°C.

Au mois de décembre, l’épaisseur de neige commence à se constituer (surtout en région). Parfois un redoux, qui provoque de la pluie verglaçante, sans aucun doute ce qu’il y a de plus ennuyant durant les hivers au Québec. Ainsi, il n’est pas rare de se retrouver avec quelques millimètres de glace sur la voiture ou sur les trottoirs. Pas le choix de se déplacer lentement, de passer du temps à gratter, réchauffer et briser.

Au mois de janvier par contre, le froid est bien là. Là, et contrairement à ce que j’ai pu lire parfois ici, l’humidité ne joue presque plus aucun rôle. L’humidité n’accentue l’effet du froid qu’entre les –5 et +5°C… Pas plus bas. Ce qui agit vraiment sur cet effet de froid, c’est le vent !

La ville de Québec et sa parure hivernale

D’ailleurs, il est facile de comprendre qu’en deçà d’une certaine température, l’humidité de l’air se solidifie et les gouttelettes retombent au sol très vite. En 2003 par exemple, suite à l’arrivée d’une masse d’air un peu plus humide, des flocons sont tombés sur Montréal alors que le ciel était tout bleu ! Phénomène qui arrive occasionnellement, alors que le froid vif transforme l’humidité de l’air en une sorte de neige !

Donc, les mois de janvier et février peuvent connaître des températures très froides accentuées par le vent, très présent au Québec. Les fameux 100 jours consécutifs au-dessous de zéro degré, c’est bien plus qu’une légende. Il est même fréquent de connaître plusieurs journées de suite avec des températures maximales (j’insiste sur « maximales ») à deux chiffres, mais en dessous de zéro bien sûr !

Évidemment, tout est prévu pour l’hiver ici ! Depuis le temps, le Québec a pu s’adapter !… Mais lorsqu’il faut aller au travail, attendre le bus, faire ses courses, etc. par –20 ou –30°C, il faut se préparer et également s’adapter. L’hiver au Québec, c’est une affaire sérieuse !

Mais quelle beauté ! Quatrième métamorphose du paysage. On a l’impression de changer de ville, de changer d’environnement. C’est un vrai plaisir ! On guète la moindre averse de neige, on attend impatiemment le bulletin météorologique (qui est même diffusé dans les voitures du métro à Montréal), etc. Bref, on reste prêt à parer à toute éventualité en attendant l’arrivée du printemps…

NB : Ceci est une adaptation d’une chronique que j’avais écrite en avril 2004 pour le site immigrer.com

Une question d’attitude

0

C’est au tour du journal La Presse, d’évoquer le problème d’intégration des Français, dans la Belle Province. Sous la plûme de Isabelle Hachey, l’on retrouve les traditionnels questionnements et doutes de certains immigrants.

Des immigrants Français, en six ans, j’en ai vu, j’en ai rencontré… lors des réunions d’immigrer.com, durant les tournages de l’émission « Le Nouveau Monde », à la job, etc. J’ai pu voir qu’il y avait des catégories, pas forcément très définies (et c’est tant mieux), mais bien réelles de Français. D’ailleurs, j’ai assez vite fait le ménage dans mes connaissances à mesure que je découvrais l’état d’esprit de certains… n’ayant pas la patience d’une Mère Thérésa pour remettre quelques désadaptés dans le droit chemin.

Avant d’immigrer, je lisais beaucoup les ouvrages de Michel Déon, un écrivain extraordinaire, qui a beaucoup voyagé et qui s’est installé en Grèce, puis en Irlande. Mais quel est le rapport me diriez-vous ?

Et bien j’avais retenu cette phrase de Déon : «Pour bien aimer un pays il faut le manger, le boire et l’entendre chanter» … En lisant cette phrase, avant même d’immigrer, je me disais qu’elle symbolisait toute l’intégration et que je me devais de ne jamais l’oublier pour réussir à aimer le Québec.

Certes, je l’aimais déjà le Québec, mais l’on sait jamais comment l’on va réagir devant l’adversité. Aurais-je autant aimé le Québec si je n’avais pas trouvé d’emploi ? Aurais-je aimé le Québec si je m’étais senti exclu ? Des questions auxquelles je ne pourrais jamais répondre. Par contre, je me suis toujours dit que si j’apprenais à manger québécois, à boire québécois, à entendre chanter québécois, cela ne pourra que m’aider à me sentir ici chez moi, tout en apprenant de ma patrie d’adoption et en ayant conscience de ce qui s’est passé avant mon arrivée.

Or, certains Français ne veulent pas « manger », « boire » et « entendre chanter » le Québec. Ils ne veulent pas parce qu’ils prennent de haut cette culture. Parce qu’ils se sentiraient régresser s’ils adoptaient les mœurs et les coutumes du pays. Et ne me dites pas que cela n’est pas vrai, j’en ai rencontré pas mal de ce genre d’individus. Ils nous parlent de l’accent québécois, en le trouvant « marrant », mais que jamais ils ne laisseraient leurs enfants l’adopter… un peu comme les Parisiens snobinards qui regardent de haut le patois Cht’i, ou l’accent marseillais. Ces mêmes petits tarés, qui se permettent de sous-titrer un paysan picard, au journal télévisé d’un réseau publique (véridique).

Je parle de l’accent, je pourrais parler du monde du travail, où le « tout frais débarqué » va s’exclamer devant son patron que sa méthode de travail est incorrecte, que lui « sait » comment s’y prendre, parce qu’il sort de telle ou telle école parisienne.
Franchement, ça vous intéresserait, vous, de côtoyer ce genre de trou d’cul ? … Moi, même cinq minutes, c’est au-dessus de mes forces.

Et l’on revient encore et toujours aux mêmes constatations : tout le monde n’est pas fait pour immigrer. Chaque immigrant, et quelque soit le pays dans lequel il s’installe, connaît son lot de problèmes. Car nos sociétés de confort, la facilité des moyens de communication, nous font oublier que le déracinement n’est jamais facile pour un individu, ce n’est pas quelque chose de naturel ou d’évident.

Mais c’est d’abord et avant tout, une question d’attitude !!!

Les quelques frustrés qui polluent l’Internet de leurs délires d’inadaptés sociaux, disent régulièrement qu’ils passent pour des maudits français… Évidemment ! Ils tiennent à garder les Québécois à distance en créant, eux-mêmes, une frontière avec leurs interlocuteurs. Eux-mêmes parlent de « eux » (les Québécois), et de « nous » (les Français)…

En plus de six ans, personnellement, je ne me suis jamais fait traiter de maudit français. Et pourtant, maintenant que je pense bien connaître le Québec, je ne me retiens pas pour dire ce que j’aime pas ici… pour dénoncer la sociale-démocratie, la culture du déficit, etc. Mais, la grosse différence, c’est que mes phrases comportent toujours le fameux « nous »… je m’inclus dans cette société, non pas parce que j’aimerais en faire partie, mais parce que j’en fais partie ! Je vis ici, je paye mes impôts ici, je travaille ici… et que même s’il y a des problèmes que je dénonce, jamais je prendrais les Québécois pour des crétins, car cela serait comme m’en prendre à moi-même et que le mieux et encore d’essayer d’améliorer les choses, modestement, à mon niveau.

Lorsque vous lisez les inepties de ces quelques Français, avez-vous vraiment l’impression qu’ils font des efforts pour faire partie de cette société ? … Des efforts tangibles et durables j’entends, pas des affaires du genre : « j’ai essayé au début, mais après trois mois j’ai laissé tomber ».

Et c’est dans l’attitude face à l’adversité que mes fameuses « catégories de Français » ressortent.

Il y en a qui vont facilement baisser les bras. Et c’est vrai que loin de sa famille, de ses anciens amis, ce n’est pas facile, mais cela aurait été pareil dans un autre pays… Oui, l’immigration n’est pas facile. Mais certains, au lieu de montrer de la persévérance, du « chien », du courage quoi… vont se laisser glisser tranquillement… Et, à force de chercher un salut, vont parfois tomber sur le site immigrer-contact (et autres déversoirs de haine) et vont se rendre compte qu’ils ne sont pas seuls à vivre difficilement une immigration. La bonne affaire ! On le sait que ce n’est pas facile !

… et là, ils retrouvent des discours de haine, d’auto-exclusion et cela les rassurent. Ben oui ! … Ils découvrent qu’ils n’ont pas à se remettre en question !… Ils découvrent que tout est de la faute de la DGQ, des Québécois… bref, des « autres ». Eux, ils sont Français, donc ils sont « au-dessus » de la masse.

Un grand ouf de soulagement pour ces quelques égarés et la spirale de la descente aux enfers commence… Ils se crinquent ensemble, tellement heureux de voir qu’ils ne sont pas seuls.

D’autres, la majorité en fait, ont bien conscience des difficultés de l’immigration et vont se retrousser les manches, même s’ils vont chercher de l’aide autour d’eux, aupès d’autres immigrants, auprès des services gouvernementaux… Cette démarche positive sera très souvent salutaire et leur désir d’intégration fera le reste.

Ben oui ! L’immigration n’est pas facile et des Français s’attendent à ce que cela soit des vacances juste parce que les Québécois sont chaleureux, et qu’ils parlent la même langue ! Ainsi, ils omettent les 250 ans d’histoire distincte, l’environnement nord-américain, le giron canadien… des détails vous pensez ?

Cela prend du temps pour s’intégrer et c’est vrai que cela prend des efforts… mais bien honnêtement, depuis quelques temps maintenant, je me sens avant tout Québécois… Québécois d’origine française, Québécois qui ne le sera JAMAIS à 100%, mais Québécois quand même. C’est ce que je ressens au fond de moi et je sais bien que je vais rencontrer des Québécois qui ne le verront pas forcément de cette manière, c’est normal… mais quelle importance ? L’importance c’est ce que je sens, ce que je pense, ce que je vis et non pas se qu’en disent les autres.

Oui, tout s’est bien passé pour moi… J’ai été chanceux ?… Pas sûr. Disons que je voulais ardemment faire partie de cette société et que j’ai toujours eu une attitude positive, même face à l’adversité. C’est ma personnalité… peut-être fais-je partie de ces individus qui sont fais pour l’immigration. Peut-être… seul l’avenir le dira. Parait-il qu’un immigrant connaît une « crise » vers les 10/12 ans de présence à l’étranger.

Mouais… mais pour moi l’étranger, c’est dès que je quitte le Québec !

Pour lire les articles de la Presse :

Haut de page